Le CEPPOL fête ses 30 ans

A l'origine de la création du CEPPOL (Centre d'Expertises Pratiques et de lutte antiPOLlution), il y a l'Amoco Cadiz.

Le naufrage de ce pétrolier au large des côtes bretonnes en 1978 est resté gravé dans les mémoires comme l'une des pires marées noires de l'histoire.

Soucieuse d'améliorer la lutte contre le fléau que représentent les pollutions en mer, la France se dote, voilà 30 ans, d'une commission d'études chargée d'optimiser la connaissance des risques et de proposer des moyens adaptés pour contrer ces pollutions.

Cet organisme de la marine nationale est depuis lors basé à Brest et s'appuie sur la cellule antipollution de la base navale qui met en œuvre le matériel.

Le CEPPOL apporte son expertise au préfet maritime qu'il conseille dans le domaine de la lutte antipollution.

Pour permettre de tester les équipes et les procédures du CEPPOL, de nombreux exercices sont programmés tout au long de l'année, mettant en scène des bâtiments en difficulté présentant un risque de pollution de la mer.

Jeudi 22 janvier 2009, la commission, devenue depuis juillet dernier le Centre d'Expertise Pratiques et de lutte antiPOLlution (CEPPOL), s'est réunie à bord du bâtiment de soutien, d'assistance et de dépollution (BSAD) Argonaute pour souffler ses 30 bougies en compagnie des anciens présidents. Cette journée fut tout d'abord l'occasion de rappeler les catastrophes qui ont émaillé ces trois dernières décennies : naufrage de l'Erika, du Prestige, ou plus récemment du Rokia Delmas ; mais aussi de mentionner les nombreuses innovations proposées par le CEPPOL pour faire face aux pollutions maritimes.

La diversité des risques, l'intensification du trafic maritime international et le gigantisme des cargos sont autant de raisons qui incitent le CEPPOL à multiplier recherches et expérimentations afin de préserver l'environnement marin de ces menaces.

Télécharger le dossier (267.25 Kio)
Voir l'article de la Premar avec photos
Lire la presse sur cet évènement
Voir la vidéo des 30 ans