Pollution portuaire à Brest

Le vendredi 12 décembre, le CEPPOL est prévenu d’une pollution reportée dans le port de Brest. Le vraquier Lord Star, 300 mètres de long, arrivé la veille pour réparation après avoir talonné un haut fond. Suite à une erreur de manipulation interne entre les soutes, du fuel de propulsion (IFO 380) se répand par une brèche autour de la coque.

Un aéronef d'Etat confirme que la pollution déborde des limites administratives du port. Un plan d’action en deux phases est monté par le CEPPOL : aider les sapeurs-pompiers et la capitainerie à confiner la pollution dans le port d’une part (hors juridiction marine) et récupérer les boulettes repérées dans la rade de Brest d’autre part.

Dans le premier cas, le CEPPOL a apporté des conseils aux moyens du SDIS (optimisation des barrages installés…) déjà présents sur place. Apres avoir obtenu l’aval de l’Etat, des renforts de la base navale de Brest ont achevé le confinement initial de la darse où était accosté le Lord Star (appontements creux).

Par ailleurs, des traces d’hydrocarbures ayant été repérées sous le pont de l’Iroise, le CEPPOL et la cellule antipollution du SMP Brest a déployé des moyens légers de récupération type « mini-Thomsea » et « Notil » sur le domaine public maritime. Plusieurs centaines de kilos de pétrole aggloméré ont ainsi été récupérés.